le fabuleux Fayard du Plan du Salève

Si dans la plupart de nos forêts le Hêtre se rencontre sous la forme de beaux arbres élancés au tronc bien droit (donnant aux hêtraies l’aspect de cathédrales végétales), voire parfois sous l’aspect de cépées aux denses rejets, il arrive que des individus plus âgés, isolés, où poussant dans des conditions difficiles, prennent des formes bien différentes: port étalé, tronc court et irrégulier, branches sinueuses, etc. Quelques-uns atteignent des dimensions hors du commun, ce qui, je trouve, n’est pas si fréquent (que dis-je, carrément rare), alors que l’espèce représente tout de même 17% des forêts du département(1).

Le massif du Salève(2), dominant le bassin Genevois, est devenu pour moi, depuis que je le parcours, le Paradis du fayard(3). Il y est en effet bien plus facile qu’ailleurs de rencontrer des hêtres sortant de l’ordinaire. Qu’ils soient plus gros, plus vieux, plus beaux, plus étranges que les autres, on trouve ici de tout. Malgré cette relative abondance il est des individus qui vous marquent davantage.

C’est le cas d’un arbre découvert au Plan du Salève, entre les communes de Vovray-en-Bornes et Présilly.

Ce vieux ligneux m’a subjugué par son étrange beauté: formes tortueuses, aspect usé, marqué par le temps, mais néanmoins empreint d’une certaine noblesse.
L’apparence rocheuse de l’écorce du hêtre (grise, lisse, couverte de lichens et de mousses) est ici confondante et confère à cet arbre défeuillé l’aspect d’une énigmatique sculpture minérale…

Un hêtre vraiment fabuleux…

Si ce n’était son emplacement au sommet(4) d’un massif haut-savoyard on le croirait volontiers sorti d’une légende Celtique.

Le vénérable fayard bien que totalement creux (jusqu’au coeur de certaines branches) semble encore vigoureux: son houppier est dense, pas de trace de champignons lignivores, et les bourrelets cicatriciels entourant la cavité centrale (évoquant par endroits  de la cire fondue) sont fort épais, ce qui dénote une certaine vitalité.

Question mensurations, il affiche une circonférence de 4,98 m(5).
(je n’ai pas mesuré la hauteur, mais il n’est pas très élevé)

Je consulte régulièrement les anciens cadastres dans l’espoir d’en apprendre davantage sur l’histoire d’un lieu. Je ne m’attends toutefois pas à y trouver des arbres, ceux-ci étant très rarement représentés. Pourtant, à ma grande surprise, j’ai découvert que ce hêtre servait à marquer la limite entre les communes de Vovray-en-Bornes et Présilly, et ce sur un plan cadastral de 1871 !(6)


Pour y figurer cet arbre devait être déjà imposant il y a 144 ans ; il est donc fort probable qu’il soit âgé de plus de 200 ans.

Le hêtre serait une essence peu longévive(7). Comparé à ses congénères notre fabuleux fayard fait donc figure d’ancêtre…

Pour parfaire le tableau, à quelques mètres de là, se trouve un ensemble de Hêtres d’aspect très graphique.


Assis sur une accueillante racine de ces vénérables ligneux il vous sera possible d’admirer le vaste panorama qui s’offre à vous, couvrant les Alpes du Nord jusqu’au mont-Blanc…

Galerie

Localisation: cliquez ici
GPS: N46° 04.521′ E6° 07.342′
Accès: Facile. De Monnetier-Mornex, la Muraz, Archamps ou Cruseilles rejoindre la route qui parcourt le sommet du Salève dans sa longueur. Rejoindre le parking du Plan du Salève (au sud du massif). Prendre à pied, sur ~500 m, le chemin menant au chalet du plan. L’arbre se trouve en lisière à 200 m de Là. À noter que la route du sommet est fermée en hiver.
Si vous visitez cet arbre ne loupez surtout pas le superbe Saule Kraken près du parking. Non loin de là vous pourrez aussi contempler deux merveilles: le Tilleul des Convers et l’Érable de la Thuile

cliquez ici pour afficher les notes

les Érables champêtres du Sauget

Ces dernières années, et jusqu’à très récemment, je n’avais pu découvrir d’érable champêtre franchissant 2,25 m de circonférence. Je savais pourtant que l’espèce pouvait dépasser les 3 mètres, voire exceptionnellement 4 m(1), alors je ne perdais pas espoir de dénicher, un jour ou l’autre, un gros érable haut-savoyard.
Fin septembre je rencontrais mon premier Acer campestre nettement remarquable ; et avec une avance confortable: affichant 2,76 m de circonférence il dépassait de 51 cm mon précédent record (voir cet article). Je ne pensais pas en découvrir de comparables de sitôt…

Ce record aura finalement tenu à peine plus de 2 mois.

(C’est ça qui est chouette avec la prospection sur le terrain: J’ai beau planifier au millimètre près mes expéditions il y aura toujours de l’inattendu)

Début décembre je me rendais au pieds des Voirons, sur la commune de Machilly, pour visiter des sapins que l’on m’avait signalé.
Je n’ai pas trouvé ces arbres, mais ma visite me réservait une surprise.

Une triple surprise devrais-je dire, se présentant sous la forme d’un ensemble de trois érables champêtres situés aux abords de la ferme du Sauget(2), plus exactement au départ du chemin rural de la vacherie en amont de la bâtisse (deux d’entre eux poussent côte à côte, le dernier se trouve un peu plus haut, de l’autre côté du chemin).

Le principal critère de remarquabilité à retenir ici est, vous l’aurez deviné à mon introduction, celui des dimensions, du moins en ce qui concerne les deux plus imposants du trio qui, du point de vue de leurs circonférences, se rangent à la première et deuxième place du classement des plus gros érables champêtres du département!(3)

Le premier affiche 3,16 m  de tour, soit 1 mètre de diamètre! Vraiment très impressionnant pour de  l’Acer campestre.
Sa hauteur, environ 17 m, bien que supérieure à la moyenne, n’est pas pour autant exceptionnelle(4) (les deux autres érables présentent des hauteurs moindres).

Un renfoncement du tronc, orienté verticalement et souligné par une ligne de mousses, confère à cet arbre un aspect d’énorme fermeture-éclair ligneuse.
Pourrait-il s’agir de deux arbres (où de deux tiges du même arbre) soudés?
Difficile à dire. Possible, mais dans ce cas pourquoi les deux troncs seraient-ils restés bien parallèles avant de se séparer brusquement vers 2 mètres de haut?

La présence de champignons lignivores(5) au niveau de la fourche (voir cette image) nous permettrait-elle d’envisager d’autres hypothèses:
S’agirait-il de bourrelets ligneux visant à circonscrire la partie touchée?(6)
Ou alors la sève, n’irriguant plus les parties attaquées emprunterait-elle de nouveaux chemins prioritaires de part et d’autre de de cet axe central, formant avec le temps ces excroissances donnant une impression de séparation du tronc?

N’étant pas spécialiste en physiologie végétale je ne peux qu’émettre des suppositions.
(avis bienvenus)

Quoi qu’il en soit l’aspect général est bien celui d’un arbre unique.

Le deuxième érable ne franchit pas la barre des 3 m mais reste saisissant avec ses 2,82 m de circonférence(7).

Légèrement penché côté chemin cet érable présente une structure un peu similaire au précédent: l’aspect fermeture-éclair, certes moins prononcé, est tout de même bien visible (même remarque que précédemment. Mais là, en revanche, pas de champignons).

Le plus modeste des trois arbres, quant à lui, se distingue davantage par la beauté de son tronc sinueux que par sa taille. Il affiche tout de même une très honorable circonférence de 2,18 m.

Les dimensions des deux plus gros érables suggèrent des âges assez élevés, du moins pour l’espèce Acer campestre qui dépasserait rarement 150 ans(8). Toutefois ces arbres vigoureux ne présentent pas des physionomies de vieillards et sont peut-être moins âgés qu’on ne l’imagine (peut-être un indice en faveur de l’hypothèse des troncs soudés?). Difficile donc de leur donner un âge, mais en tout cas ces arbres ont vraisemblablement dépassé le siècle d’existence(9).

Leur état sanitaire semble correct. On note un peu de bois sec, la présence de gui et les stigmates de quelques branches coupées.
Ces arbres mériteraient d’être mis en valeur et débarrassés des divers objets entreposés à leurs pieds, non seulement dans un but esthétique, mais aussi parce que certains éléments, comme de gros blocs de pierres, pourraient par leur  manipulation engendrer des blessures.

La consultation des plus anciennes photographies aériennes (1935) ainsi que des cadastres de 1901 et 1934(10) ne nous apprend pas grand-chose sur ces arbres, si ce n’est que le lieu n’a quasiment pas changé en un siècle et que ces érables n’étaient pas utilisés comme limites de parcelles (« pied cornier »).

Galerie

Localisation: cliquez ici
GPS: N46°14.592′ E6°20.781′
Accès: Assez facile. Depuis Bons-en-Chablais où Langin rejoindre le hameau des Granges, puis continuer sur la route du Sauget. Après ~800m, possibilité de se garer sur la droite. Marcher sur environ 1 km pour rejoindre la ferme du Sauget.

cliquez ici pour afficher les notes

44,4

Quel beau cadeau j’ai reçu de mère Noël cette année: un dendromètre Suunto pm5-1520, outil magique permettant de mesurer avec précision la hauteur des arbres.

Jusqu’à aujourd’hui, je me contentais de vagues estimations. J’arrivais parfois à être un peu plus précis grâce à une technique de mon crû, mais rien de bien pratique ni de très rigoureux.

Maintenant je vais pouvoir prendre des mesures exactes de hauteurs…

Histoire d’étrenner mon dendromètre j’ai tout de suite pensé à un petit peuplement de mélèzes en forêt de Lonnaz. Ensemble offrant le triple avantage d’être à côté de chez moi, d’être lisible, si je puis dire (la cime de certains conifères est bien plus facile à distinguer que la plus haute branche d’un feuillu), et présentant des hauteurs élevées.

J’ai choisi un mélèze pratique à mesurer, un des plus hauts du groupe (ils ont tous à peu près la même taille). Je vous passerais les détails des prises de mesures, répétées à des distances différentes pour être certain de ne pas faire de grosse erreur.
Au final l’écart entre ces mesures n’était que d’une vingtaine de cm! pas mal niveau précision!

J’ai donc fait une moyenne et obtenu…
trrrrrr (roulement de tambour)

44,4 mètres

Impressionnant!
Je ne m’attendais pas du tout à franchir la barre des 40 m (qui plus est avec du mélèze).

Photos prises en novembre 2013.

J’ai tenté l’opération sur un autre mélèze qui semblait un peu plus élevé, mais le résultat était moins concluant (base et cime difficiles à discerner, tronc penché), les écarts de mesures étant trop importants (jusqu’à 2m). Il est probable qu’il y ait sur ce site des arbres dépassant les 44,4 m, mais de pas grand-chose à mon avis, peut-être jusqu’à 45 ou 46 mètres.
L’espèce Larix decidua peut atteindre 50 m (record à 53,8 m?) mais ne dépasserait généralement pas 35 m de haut. Une belle surprise donc.

Pas mal pour une première!

inventaire ~ bilan de fin d’année

Les fins d’années sont des périodes propices aux bilans. Je me suis prêté au jeu et vous propose un instantané de mon travail d’inventaire des arbres remarquables de Haute-Savoie mené depuis quelques années.

Fin 2015 je compte: 2116 données,
relatives à au moins 3000 arbres.

Je dis « au moins » car de nombreuses données correspondent à plusieurs arbres, voire dans quelques cas à des peuplements.

Voici un aperçu cartographique de cet inventaire en cours:

Vous constaterez sur l’image ci-contre une concentration importante d’arbres au nord du département, dans le Chablais. Ce déséquilibre est simplement dû au fait que je réside en bord de Léman (et qu’il n’est pas évident pour moi de me déplacer au-delà de cette zone). Cette carte n’est donc pas représentative de la richesse de la Haute-Savoie.
Mais je ne désespère pas de pouvoir homogénéiser, avec le temps, cette cartographie (mon objectif à long terme étant de pouvoir couvrir tout le département).

Il ne s’agit là, soit dit en passant, que des arbres que j’ai pu visiter (photographier, mesurer, etc). J’en ai encore bien d’autres en stock (voir en fin d’article).

Qu’en est-il du contenu de cet inventaire?
Je me suis amusé à réaliser quelques graphiques:

77 % sont des feuillus, 23 % des conifères, et la plupart sont autochtones (env. 82 %, contre 18 % d’essences exotiques ou non locales, correspondant principalement aux arbres de villes, de parcs et propriétés privées. Exemple: séquoias, cèdres, marronniers, platanes, thuyas, etc).
D’un point de vue purement statistique si l’on compare ces données à la répartition des différentes espèces dans le département on constate plusieurs choses, notamment: trop de chênes, pas assez d’épicéas, et surtout un grand absent: le Sapin. En effet Abies alba représente 12 % de nos forêts mais seulement 1,4 % des données de l’inventaire. Il n’arrive qu’en 23ème position et ne figure donc pas dans le top 20 ci-dessus.
Il me faudra réparer cette injustice!

Ces 2116 données ne représentent évidemment pas 2116 arbres remarquables.
80 % sont classés en « divers », on y retrouve: des arbres à la remarquabilité incertaine, des arbres d’avenir, des ligneux intéressants à l’échelle communale, et de nombreux autres inventoriés dans un but statistique…

Pour en venir au sujet qui nous intéresse, j’ai classé 337 arbres et groupes d’arbres comme remarquables (environ 16 % du total – à admirer, en partie, sur cette galerie).
Tous n’ont pas le même niveau de remarquabilité, certains ont un intérêt au niveau communal, d’autres au niveau départemental, voire national, et une 10aine d’entre eux sont classés « exceptionnels »

Notons que 3,7 % des arbres de cet inventaire ont disparu, certains récemment, mais la plupart il y a bien longtemps (répertoriés pour leur intérêt historique, patrimonial, culturel… Voir cette galerie).


Question prospection ma liste d’arbres « à voir » est bien remplie. En cette fin d’année je comptabilise 544 arbres (ou groupe d’arbres) en attente de visite!
Et j’en ajoute régulièrement!

Tant mieux. De belles rencontres en perspective.

Un grand merci aussi à celles et ceux qui contribuent à enrichir cet inventaire.

Un arbre à me signaler? → C’est par ici.
Pour en savoir plus sur le contenu de cet inventaire → rendez-vous sur cette page

l’Orme en orgue de Novel

Une de mes techniques de prospection consiste à superposer d’anciennes photographies aériennes (disponibles sur le site de l’IGN) avec des images satellites actuelles et de jouer au jeu des sept erreurs. Ces clichés remontent parfois jusqu’à 1920 ; il est alors possible d’apprendre des choses intéressantes sur un lieu donné, notamment de voir ce qui n’a pas bougé en presque un siècle et donc de pointer de potentiels vieux arbres.
Cette méthode n’est pas parfaite et demande à être affinée, le résultat sur le terrain n’étant pas toujours concluant. Parfois pourtant les découvertes sont à la hauteur de mes espérances…

Je suis retourné à Novel le mois dernier pour dénicher de nouveaux arbres têtards (sujet d’un prochain article je l’espère). Au préalable j’avais pris soin de dresser une carte de prospection avec cette méthode.
Parmi tous les arbres à visiter j’avais marqué l’un d’eux, sur mon plan, d’un repère orange pour « priorité haute ». Malgré les imperfections de cette technique la probabilité qu’il s’agisse d’un arbre remarquable n’était pas négligeable. J’étais pourtant loin d’imaginer ce que j’allais voir!

Une découverte fantastique!

Un Orme totalement atypique.

Vu en amont, depuis la route, on serait toutefois tenté de parler d’ormes au pluriel, mais la densité du groupe laisse totalement perplexe et instille le doute dans l’esprit de l’observateur.
A-t-on affaire à une unique souche couverte de rejets (ou « cépée »), ou bien à un ensemble compact de nombreux arbres soudés ?

Sans plus attendre contournons cet étrange ligneux ; car vue côté Morge(1), en aval, la perception est toute autre.

La base de l’arbre, très impressionnante (couverte de mousses, aux formes noueuses, tourmentées), semble bien être commune à l’ensemble . Le bouquet de troncs qui en émerge (ou qui jaillit devrait-on dire) est si dense, si serré, que l’aspect général, très graphique, presque musical, évoque un fabuleux orgue ligneux.

L’hypothèse de la cépée(2) semble donc plausible, même s’il est bien difficile d’y croire tant le caractère colossal de l’ensemble parait invraisemblable. Avec presque 10 mètres de circonférence(3) doit-on encore parler de cépée ? Ne faudrait-il pas inventer de nouveaux mots pour cet Orme hors-norme ?

Un arbre d’une déconcertante singularité, étrangement beau et magnétique, qui échappe à toute tentative de catégorisation.

Vu la situation et l’altitude il s’agit certainement d’un Orme de montagne (Ulmus Glabra).

Ce que semble confirmer la vue des feuilles(4). La présence de grandes cornes sur le limbe, fréquentes et spécifiques à l’espèce, aurait permis de distinguer sans difficulté l’orme de montagne, mais je n’en ai pas trouvé pour cet arbre. Toutefois il faut être prudent, les feuilles étant souvent polymorphes la détermination par ce simple critère est souvent malaisé (une forme hybride avec Ulmus minor serait-elle possible?(5)).

En 1934 (date du plus ancien cliché aérien disponible) cet arbre était isolé dans un champ et possédait un houppier déjà fort développé. Il était alors bien visible en bord de route de Novel (L’embroussaillement ne se constate qu’à partir de la photo de 1993).
Il serait bien audacieux de lui donner un âge. Un Orme centenaire ? Certainement, et peut-être bien davantage. Toutefois la longévité de l’orme de montagne serait moindre que celle des autres espèces et sa croissance plutôt rapide.

Sur cette photo de 1934 on constate une zone plus claire entre l’arbre et le chemin, comme s’il y avait eu piétinement. Serait-ce un indice de passages réguliers?
Les feuilles de l’orme de montagne étaient parfois utilisées comme fourrage(6), peut-on alors supposer que la forme si particulière de celui de Novel soit due à de (très) nombreuses tailles successives (qu’il s’agisse de la main de l’homme ou de la dent du bétail) ?…

À l’instar de l’orme champêtre et de l’orme lisse, l’orme de montagne est sensible à la graphiose. Cette maladie, induite par un champignon d’origine asiatique, a décimé les populations d’orme au siècle dernier, d’où la rareté des vieux arbres. Ulmus glabra semble toutefois moins touché. Constatation qui n’est pas à mettre sur le compte d’une résistance accrue(7), mais qui serait due à l’écologie de l’espèce : individus disséminés, présence en altitude, rendent malaisée la propagation de la maladie.
De ce point de vue la situation de cet orme au coeur du vallon encaissé de la Morge est donc un atout(8).

Ulmus glabra peut atteindre 30/35 m de haut, mais dépasserait rarement les 25 m(9). S’élevant à 30 m(10) cet arbre est donc plutôt élevé, sans toutefois atteindre des records…

Il y a longtemps que je n’ai été aussi impressionné, c’est revigorant! Un vrai coup de coeur.

Localisation: cliquez ici
Accès: Facile. De St-Gingolph monter à Novel. L’arbre se trouve non loin de la route sur la gauche, du côté de la Morge, juste sous le village.

cliquez ici pour afficher les notes