Hêtre d’Abondance

Circonférence: 5,19 m
Hauteur: ~ 16 m
Âge:  180-300 ans (estimation)

À l’entrée du village haut-Savoyard d’Abondance se trouve un vieux hêtre noble mais fatigué. Lors de ma première visite en 2007 je constatais un feuillage clairsemé et pas mal de branches mortes. Mais pas de quoi m’inquiéter outre mesure.
Je suis récemment retourné le photographier et six ans plus tard mon impression est tout autre: peu de feuilles, beaucoup de bois mort et une bonne partie de sa structure absente. Fin de vie pour ce vieux Savoyard. Je lui devais bien un petit article.

Sur un écriteau est indiqué « par arreté du ministre de l’instruction publique et des beaux arts. En date du 14 mai 1909 ce Hêtre (ou Fayard) est classé au répertoire des sites et monuments naturels ».

Mes recherches m’ont permis d’en savoir un peu plus:
« Un premier arrêté de classement (pris par le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts le 14 juin 1909) a classé les 6 hêtres bordant la route d’entrée dans le village d’Abondance. On n’en connaît pas les raisons précises ni le contexte, même si l’on peut supposer qu’il s’agissait de souligner l’allure remarquable de cet alignement d’arbres, et que les arbres ont sûrement été classés à la demande de la propriétaire.
Le 12 juillet 1916, le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts prend un arrêté rectificatif pour déclasser l’un des six hêtres, pour mauvais été sanitaire. Cette pratique de déclassement n’a plus été appliquée par la suite. D’une manière générale, l’actuel ministère de l’écologie souhaite en effet conserver la mémoire de ce type d’arbres classés (il en est de même pour les Tilleuls de la Liberté par exemple), même s’ils disparaissent ou sont abattus pour raisons sanitaires, et recommande plutôt leur replantation à l’identique. Si officiellement cinq hêtres sont encore classés, il n’en reste en réalité plus qu’un aujourd’hui. » (je tiens à remercier le personnel de l’Abbaye d’Abondance pour ces informations).

Localisation: cliquez ici
Accès: facile. En bord de route (D22) juste avant de passer la rivière et d’entrer dans Abondance. Une table de pique-nique est même installée devant si vous désirez vous sustenter à l’ombre (enfin ce qu’il en reste) de ce vieux Hêtre…

Juillet 2015 > L’arbre continuait de décliner et a certainement perdu sa dernière feuille en 2014. Les crues du mois de mai 2015 ont mis un terme spectaculaire à son existence, la Dranse l’ayant emporté (en intégralité, jusqu’à la dernière radicelle) dans ses eaux déchainées, ne laissant à la place qu’un trou béant.
La végétation aura tôt fait de recouvrir les derniers stigmates de sa timide existence, et l’oubli, plus rapidement encore, de tomber sur les hommes…

déluge d’arbres

Qu’il est tentant pour l’internaute désoeuvré de passer des heures à s’instruire devant des vidéos de petits chatons trop mignons. Mais je ne suis pas de ce genre-là! Ho rassurez-vous comme tout humain normal, moderne et équilibré je passe moi aussi des heures à fixer une dalle lumineuse. Toutefois mon truc à moi, voyez-vous, c’est le végétal ; en ce moment les arbres remarquables: Dès que j’ai un peu de temps je prospecte, je fouille, je triture le web à la recherche des vénérables, histoire de les répertorier sur une carte*.

Après plusieurs mois de boulot la voici qui commence à ressembler à quelque chose. C’est avec plaisir que je la partage désormais avec vous.
(ça risque de ramer/buguer un peu vu le nombre de repères affichés mais je me rassure en me disant que si ça fonctionne sur un ordi de huit ans d’âge ça doit marcher sur le Pc des gens normaux.)

                    Bonne ballade (cliquez sur l’image)…

*rien à voir avec la carte évoquée dans un précédent article qui elle concerne mes propres observations dans le Chablais.

mai au jardin

Printemps tardif cette année (10 à 15 jours de retard d’après mes relevés de floraisons), mais printemps quand même (d’autant plus appréciable qu’il succède à un hiver interminable).

retrouvailles

/wp-content/gallery/a-images-pour-les-articles-vignettes/chataignier-bonnatrait-mai2013-vignette.jpg

Par une fraîche journée de mai je retrouve le châtaignier de Bonnatrait.

J’en profite, savoure l’instant, emmagasine un maximum d’images, car vu son état il pourrait très bien se fendre en deux au prochain coup de vent, ou coup de foudre comme ce fut visiblement le cas il y a quelques années. Réduit de moitié il reste pourtant superbe et j’adorerais pourvoir me procurer, s’ils existent, de vieux clichés du temps de sa splendeur (enfin façon de parler: est-il au moins possible de trouver quelque chose de plus beau que cet arbre tout droit sorti d’un conte fantastique?).
En général je suis plutôt partisan de laisser faire la nature, mais un petit travail de haubanage serait quand même le bienvenu histoire de préserver ce joyau du patrimoine local.

J’ai essayé de contacter l’association A.R.B.R.E.S pour (on peut rêver) faire classer ce châtaignier. Sans succès (pour l’instant).

Affaire à suivre…