les têtards de Novel

Situé à l’extrémité nord-est du département, aux portes du Valais suisse, Novel est un petit village montagnard niché au coeur du vallon encaissé de la Morge[2], relié au bord du lac Léman qu’il domine de 600 m par une unique route restée longtemps peu praticable. Du fait de cette topologie particulière les habitants de cette commune, la moins peuplée de Haute-Savoie[3], durent probablement vivre, jusqu’à relativement récemment[11], en quasi autarcie.

Ces conditions particulières sont à l’origine d’une autre singularité[1] , celle qui nous intéresse ici: une étonnante concentration d’arbres remarquables unis par une histoire commune:

les têtards

Têtards, trognes, ragosses (…) sont des arbres à l’apparence bien étrange: un tronc trapu surmonté d’une (ou plusieurs) touffe(s) de fins rejets hirsutes et denses[5].
Cet aspect caractéristique est du à la coupe cyclique des branches dans le but de fournir du bois pour de nombreux usages: chauffage, fagots pour le fourneau, vannerie, manches d’outils, piquets, etc ; les feuilles, quant à elles, sont souvent utilisées comme fourrage. Préserver l’arbre permet une repousse rapide des rejets, augmentant ainsi la fréquence des récoltes, ce qui n’est pas le cas avec un abattage pur et simple (la récolte d’arbres de futaie en sylviculture classique se compte en décennies, voire en siècles ; alors que le cycle de taille des têtards se compte en années).
Les trognes sont relativement communes, et même abondantes dans certaines régions de France, mais il s’agit la plupart du temps d’arbres isolés, d’alignements ou de petits groupes, rarement de peuplements. En forêt, dans une même logique de récoltes fréquentes et régulières, il est bien plus commun de rencontrer des « taillis » : boisements souvent impénétrables formés de ligneux cycliquement coupés au niveau du sol ; les souches couvertes de rejets sont appelées « cépées » (voir ce schéma). Mais les jeunes, tendres et appétissantes pousses ne sont pas à l’abri de la dent de l’herbivore, sauvage ou domestique, d’où l’intérêt d’une taille en hauteur (d’un taillis perché en somme).

Il existe un fort a-priori négatif concernant la culture des trognes, pourtant ces coupes cycliques ne nuisent pas forcément à l’arbre et semblent même accroître sa longévité en transformant l’arbre-individu en arbre-colonie[4], pour peu toutefois que cette taille soit bien réalisée, précoce et non interrompue. Malheureusement ces pratiques rurales sont peu à peu abandonnées, mettant en danger les vieux têtards qui sous le poids des grosses branches non récoltées finissent par casser[13], s’écrouler, et dépérir.

Si leur avenir est incertain, les vieux têtards abandonnés ne manquent pas de pittoresque: formes fantasmagoriques ; troncs massifs, creux, souvent ouverts ou divisés en plusieurs morceaux, coiffés de grosses branches biscornues.
Outre leurs dimensions, leur étrange beauté et leur valeur patrimoniale ces arbres présentent l’intérêt d’être de véritables oasis de biodiversité: mousses, lichens, fougères et autres plantes épiphytes ; batraciens, insectes, rongeurs, oiseaux, reptiles, etc. Un foisonnement de vie rendu possible par la multiplicité d’abris et de micro-biotopes que constitue l’imposante et anfractueuse masse ligneuse d’un têtard: tronc creux, branches sèches, évidées, boursouflures, cavités, bosses, rugosités, fissures, dépressions pleines d’humus, petites poches d’eau, etc…

La présence d’un nombre élevé de têtards sur la commune reflète le mode de vie et les pratiques passées de ses habitants. Il s’agissait pour les Novellands de rentabiliser au mieux les faibles ressources disponibles (surfaces de culture limitées, fortes pentes, isolement du village…). La conduite en têtard des hêtres permettait donc sur un même espace d’obtenir du bois et de faire pâturer le bétail. La commune était, à ce titre, un modèle de « sylvopastoralisme ».

La richesse en têtards est ici exceptionnelle. Novel pourrait en effet abriter entre 1000 et 5000 trognes au total![23]
328 spécimens inventoriés à ce jour (les plus remarquables).
cliquez [ici] pour accéder à une carte interactive.

Ces têtards pourraient être divisés en deux catégories:

A) Peuplements forestiers de hêtres.
B) Arbres disséminés en forêt, isolés ou en petits groupes près des habitations et le long des chemins. Principalement des érables sycomores.

(A)
Peuplements forestiers
Hêtres (Fagus sylvatica)

Ces peuplements sont situés au dessus de la commune, dans des secteurs à forte pente[12] (au point d’être par endroits difficilement praticables).

L’impression générale est assez… magique.

Décor fabuleux, magnétique, fantasmagorique, semblant tout droit sorti d’un conte fantastique ; je serais à peine étonné d’apercevoir en ces lieux, par un demi-jour brumeux, quelques lueurs fantomatiques, d’entendre d’étranges mélodies éthérées, ou de découvrir, surgissant d’une vieille trogne, un être sylvain surnaturel.

Ce vieux peuplement est très probablement unique en Haute-Savoie[20].
Hypothèse d’autant plus vraisemblable que dans l’absolu les forêts de têtards sont aujourd’hui devenues fort rares[27]. En dehors des célèbres peuplements pyrénéens[21] il existe encore en France quelques populations disséminées de trognes[22], mais leur étendue est assez limitée : de l’ordre de « plus ou moins 1 ha » me confie Dominique Mansion, spécialiste reconnu des arbres têtards, qui ajoute qu’il faudrait alors davantage parler de « boisements ou petits bois ».
À Novel on peut légitimement parler de « forêt » car à ce jour la superficie déjà explorée[7] des peuplements purs de hêtres s’élève à environ 15,7 hectares (la moitié environ de la surface potentielle estimée).

Un site exceptionnel donc!

Les forêts de la commune sont bien plus vastes encore[26], mais au delà des secteurs situés au dessus du village les essences se diversifient et les trognes sont moins nombreuses.
Peut-on toujours parler de « forêts de têtards » ?
Il serait plus prudent d’évoquer des « forêts à/avec têtards » (nuance importante, il me semble, pour préciser le degré de remarquabilité/rareté du site).

Plusieurs secteurs demandent encore à être explorés ; s’il est peu probable qu’ils soient aussi riches en trognes il reste vraisemblablement de très nombreux spécimens remarquables à découvrir…

Côté dimensions: les hêtres de plus d’un mètre de diamètre sont assez répandus ; statistiquement bien plus rares au delà de 4 mètres de circonférence ; ils ne sont, à ce jour, qu’une poignée à dépasser les 5m.
Voir graphique ci-dessous des circonférences relevées (mise à jour : juin 2022).

Ces têtards pourraient être âgés en moyenne de 150 à 200 ans ; les plus vieux spécimens dépassant manifestement cette limite, peut-être jusqu’à 300 ans.
Il n’est pas fondamentalement impossible que quelques fayards soient encore plus âgés (350 ans? 400 ans? Davantage?)[17] mais il faut rester prudent car on entre alors dans une zone floue de spéculation qu’à ce jour bien peu de données solides permettent d’étayer.

Ces arbres sont, en majorité, dans un état sanitaire très moyen, et faute d’entretien sont voués à s’écrouler sous le poids des vieux rejets…

Je me suis permis de baptiser les plus intéressants : la Météorite, le Diapason, l’Orgue, l’Hydre, le Pommeau, la Gorgone, le Pilier, le Gnome, Lancelot, la Sentinelle, Harionago, Jejyll, la Corolle, la Limace, la Bogue, la Barrique, Clotho, Beorn, la Pieuvre, Orthos, la Licorne, Saï, le Chamois, Arachne, Janus, l’Oursin, Mafflu, etc (à voir dans la galerie).
Il est bien évidemment impossible de dresser le portrait de tous les fayards remarquables qui peuplent la commune (d’autant plus que l’inventaire actuel est encore lacunaire).
Je me contenterai ici de vous présenter succinctement les plus admirables :

~ Cthulhu ~

Je croyais bien cerner le potentiel de la commune, régulièrement visitée depuis 2014, pourtant je ne m’attendais vraiment pas à tomber sur un fayard aussi énorme. Le décamètre affiche en effet 6,50 m[14] de circonférence vers la base, au plus étroit! Puis après ramification[19]: 4,90 – 3,02 – 2,93 m. Des dimensions exceptionnelles qui le catapultent à la première place du classement au niveau départemental[15] (et de loin).
Forte remarquabilité bien au delà des limites du département car dans l’absolu (à l’échelle Européenne) peu de hêtres dépassent cette mesure[16].
L’arbre est très dégradé, et peu de rejets sont encore feuillés (plutôt en fin de vie donc). Difficile de déterminer son âge, probablement autour des 300 ans.

On remarquera un gros épicéa épiphyte[18] assez haut perché et une belle anastomose horizontale (c’est à dire la soudure de deux partie d’un même arbre. Voir ici). Il n’est pas impossible que cette anastomose contribue de façon fortuite à la solidité de l’ensemble en retenant la partie la plus dégradée qui aurait probablement déjà cédé sous son propre poids sans cette sorte de haubanage naturel

J’avais prévu de nommer « Hêtre président » ou « empereur » le plus gros fayard rencontré, mais face à un individu aussi hors-norme j’ai plutôt opté pour « Cthulhu », en référence à une créature titanesque issue de l’imaginaire de l’écrivain HP.Lovecraft.

~ Magma ~

Avec 5,82 m de circonférence[24] Magma est lui aussi un Hêtre exceptionnel. Deuxième plus gros fayard de la commune (et du département). Dimensions rares et âge vraisemblablement élevé, avoisinant probablement les 300 ans (estimation prudente, mais il n’est pas impossible qu’il soit plus ancien).
Un arbre qui impressionne par son caractère monumental mais aussi pour son apparence, particulièrement saisissante : tronc sombre, gerçuré, cloqué, creusé, complexement cannelé, évoquant de façon frappante de la lave solidifiée (d’où le nom que je lui ai attribué)…

~ la Chimère ~

Fayard imposant aux formes étranges. 4,26 m[14] de circonférence au plus étroit. Cela paraît peu comparé aux dimensions de Cthulhu, mais il faut noter que cet arbre a perdu une partie de sa structure et devait être autrefois bien plus gros, dépassant très probablement les 5 m de tour, ce que la vue depuis l’amont laisse imaginer (sous cet angle l’arbre paraît avoir 2 m de diamètre).
Dimensions et aspect général suffiraient à le rendre remarquable, mais ce fayard a d’autres cordes à son arc.
Le coeur du tronc en décomposition, riche terreau naturel, a par le passé permis l’enracinement de plusieurs ligneux épiphytes[18] : deux épicéas et un sorbier des oiseaux. L’un des épicéas est très imposant (bien visible sur la photo générale. Tronc rougeâtre et rectiligne au centre). Cette impressionnante curiosité n’est pourtant pas la plus intéressante: comme je l’ai évoqué précédemment ce hêtre a perdu une partie de sa structure, accident ayant exposé le coeur de l’arbre et mis en lumière un fantastique entrelacs de racines, semblables à des entrailles. Les subtiles variations de couleurs et de textures permettent de savoir à qui appartiennent les différentes racines (gris = hêtre / rouge = épicéas / beige = Sorbier. Voir ici).

L’aspect d’intestins lignifiés est frappant, toutefois j’ai préféré trouver quelque chose de plus ragoûtant que « l’éventré » pour nommer cet arbre. la « Chimère » me paraissait plus poétique…

~ Cernunnos ~

Cernunnos est un arbre vraiment superbe et très impressionnant, d’autant plus qu’il est relativement isolé dans un secteur où les têtards se font plus rares. Fût massif, tête assez haute (inhabituel) et très large coiffée de nombreux rejets de tailles et formes variées, certains très étalés. L’ensemble évoque les bois d’un cerf monumental (d’où le nom que je lui ai attribué, Cernunnos étant un dieu Celte cornu).
Circonférence de 4,30 m au +étroit[29].

~ l’ancêtre ~

Moins impressionnant que les précédents car plus tassé, cet individu (je parle de l’arbre bien évidemment) se classe tout de même parmi les fayards d’exception avec 5,47 m[14] de circonférence au plus étroit.
Il se pourrait qu’il ait été bien plus gros car l’aspect du tronc et la dissymétrie de l’ensemble laisse imaginer une masse bien plus imposante. Ainsi, avant effondrement d’une partie de sa structure, il n’est pas impossible que cet arbre ait un jour dépassé les 6 m de circonférence (voir cette simulation).

Malgré quelques rejets relativement vigoureux l’aspect sanitaire n’est pas engageant: seule la tête amont, peu imposante, est encore vitalisée ; les 3/4 de sa masse étant sèche.
Son apparence pittoresque de ruine végétale laisse supposer un âge élevé ; probablement un des plus vieux hêtres de la commune (peut-être plus de 300 ans).

~ le Prince ~

S’il est loin de rivaliser avec les précédents spécimens, autant en âge que du point de vue dendrométrique (circonf 3,96 m[24]), le « Prince » est pour moi un des plus beaux Fayards des forêts de Novel.
Pas d’autres vieux ligneux à proximité immédiate, si bien qu’il a pu développer un houppier majestueux, impressionnant pour un vieux têtard, autant en largeur qu’en hauteur. Un arbre vraiment grandiose!

~ Sigurd et Fafnir ~

Duo de hêtres situés à quelques mètres l’un de l’autre. Le premier est vigoureux,  massif, droit, avec deux têtes imposantes coiffées de nombreux rejets. Il mesure 4,55 m[14] au plus étroit. Lui aussi a perdu une partie de sa masse, possible qu’il ait dépassé 5 m de tour avant amputation. Le coeur exposé laisse apparaitre un amas de racines internes assez fines qui, le concernant, évoquent davantage une moustache que des entrailles (voir ici).

Le second est un peu moins gros avec une circonférence de 3,78 m[14]. Il se distingue surtout par sa forme: port penché vers l’aval, en porte-à-faux, presque couché. Beau fût couvert de mousses. Grosse casse récente. Moins fringant que le précédent.

~ les Siamois ~

Têtard trapu, creux, aux formes inhabituelles ; sorte d’amalgame ligneux ajouré dont j’aurais bien du mal à préciser la nature: arbre unique? Plusieurs arbres en partie fusionnés? Quoi qu’il en soit l’ensemble est visuellement frappant, vraiment très pittoresque.

À noter qu’un Sorbier a poussé au coeur de l’arbre. Une partie du tronc ayant disparu les racines du Sorbier se retrouvent à l’air libre, offrant l’aspect d’une méduse ligneuse perchée sur le têtard (voir ici)…

~ la Massue ~

4,42 m[9] de circonférence. Tête et tronc massifs, imposants, rejets élancés et puissants. En bord de chemin, donc très facile d’accès contrairement aux autres têtards.
Présente de jolies anastomoses.

~ le Dragon ~

Arbre superbe, puissant, vigoureux, à la silhouette étrange: Si certains hêtres évoquent le minéral, les formes rondes et sinueuses de cet individu semblent plutôt reptiliennes. Un des plus beaux fayards de Novel!
Circonférence: 3,91 m[14] au plus étroit.

~ la Caverne ~

Si les forêts situées au dessus du village (le Deley, le revers, de Lachau) sont les plus remarquables, car quasi uniquement constituées de vieux Hêtres têtards, les autres secteurs forestiers possèdent eux aussi leurs Trognes, mais celles-ci sont moins nombreuses, disséminées. Paradoxalement leur relative raréfaction peut jouer en leur faveur en maximisant l’impact visuel/émotionnel d’une rencontre.
C’est le cas pour ce Têtard qui semble perdu au milieu d’une forêt d’apparence normale ; spectacle d’autant plus saisissant que ses dimensions sont importantes: 4,50 m au +étroit[24].

Ce fayard est creux comme la plupart des vieux arbres, toutefois ce spécimen présente une véritable cavité, sorte de petite grotte ligneuse dans laquelle un homme peut tenir (je n’ai pas pu résister, vous imaginez bien).

~ le Fossile ~

Un hêtre sec mais toujours impressionnant: énorme masse ligneuse spiralée, noirâtre, craquelée, comme fossilisée. Circonférence de ~5,14 m[9].

Etc…

Il n’est pas impossible que ce prestigieux casting évolue, au gré de mes futures découvertes…

Galerie

(B)
Arbres rares et disséminés en forêt, isolés ou en petits groupes près des habitations et le long des chemins
Érables sycomores (Acer pseudoplatanus) principalement

Si les peuplements de hêtres sont liés à des pratiques sylvopastorales, les têtards isolés, alignés ou en petits groupes, appartiennent probablement à une autre catégorie. L’usage en était peut-être différent. Concernant les spécimens proches du village, leur implantation suggère une possible volonté de délimiter certaines parcelles, toutefois le choix de l’essence questionne: le bois de l’érable aurait-il davantage servi à l’ébénisterie?

Les trognes d’érable sont bien moins nombreuses que les hêtres (environ 15% des arbres inventoriés).

Certains ont des dimensions tout à fait remarquables et semblent fort âgés…

~ le Kraken ~

Le « Kraken » est peut-être l’arbre le plus remarquable de Novel. Un érable exceptionnel, autant pour ses dimensions que pour sa beauté.
Ce monumental têtard mesure 6,28 m de circonférence à la base au plus étroit[24]. Très impressionnant ce chiffre est pourtant loin de donner la mesure du caractère extraordinaire de cet érable, car si la circonférence n’est pas la plus importante pour la Haute-Savoie (7,60 m à la base pour l’érable de La Thuile au Salève[29]), son port très évasé lui confère, et de très loin, la première place en terme de masse ligneuse. On pourrait presque parler d’un gigantesque bouquet de têtards, chaque tête étant aussi volumineuse que la plupart des érables rencontrés sur la commune.
Il présente une vigueur étonnante pour un aussi vieux spécimen. Pas simple de donner un âge à un arbre aussi singulier, mais il me paraît difficile de croire que cet arbre puisse avoir moins de 300 ans.
Un colosse vraiment spectaculaire! Un des arbres les plus remarquables du département, toutes espèces confondues (et qui pourrait légitimement figurer en bonne place dans un ouvrage sur les arbres remarquables de France). J’ai beau avoir l’habitude de rencontrer des ligneux hors-norme, ce spécimen m’a laissé sans voix.

Un grand merci à Pierre Jean Grégoire qui m’a signalé cet érable extraordinaire qui avait jusque-là échappé à mes investigations[28].

~ la Main ~

Les autres érables têtards de la commune sont très loin de rivaliser avec le Kraken, mais ce dernier étant exceptionnel la comparaison n’est pas forcément pertinente. Il ne serait pas très fair-play de snober ces quelques trognes qui dans l’absolu sont tout à fait remarquables.

Le plus intéressant, par son aspect et ses dimensions, est un très bel arbre présentant un beau fût massif de 4,13 m de tour[9]. Son état semble meilleur que la plupart des érables du secteur. Sa forme évoque une énorme main ligneuse aux doigts noueux.
Il n’est pas directement situé en bord de chemin mais à quelques mètres en amont, il vous faudra donc ouvrir l’oeil pour le découvrir :

~ l’Épave ~

Ce spécimen situé en bord de route est en mauvais état. Il présente une circonférence de 6,60 m à la base[8]. Souche massive très vite ramifié en deux gros troncs  (3,75 m de tour max)[8]. Peut-être s’agit-il d’une vieille cépée?
Il faut se placer en aval pour bien se rendre compte de la masse de sa base, car vu de la route il n’est pas si impressionnant :

~ les Sauvageons ~

Un duo en bord de route, sous le village, mérite aussi le détour. Concernant ces deux arbres on peut vraiment parler de ruines végétales, tant ils sont abimés, biscornus, couverts de mousses et de plantes épiphytes. Les dimensions sont, elles aussi, remarquables: 4,10 m[8] et 3,94 m[9] :

~ Liéchi ~

En forêt les érables sont plutôt rares, disséminés, et généralement de dimensions plus modestes. Quelques exceptions toutefois comme ce beau spécimen, visiblement assez âgé (circonf 3,90 m)…

Voir graphique ci-dessous des circonférences relevées sur la commune (maj juin 2022).

Galerie

On trouve aussi quelques individus d’autres espèces, notamment un gros Frêne de 3,68 m de tour[10], ou encore un inattendu Orme têtard en forêt (circ 3,11 m).

À Novel les têtards étaient « coupés tous les 4-5 ans dans une proportion de 3 sur 4 » selon Mireil Brouze.

Sur la mappe Sarde de 1732 sont représentés de nombreux arbres stylisés, simples indications de la nature des parcelles ; toutefois certaines d’entre elles sont couvertes de formes étranges, courtes et globuleuses.
Pourrait-il s’agir de têtards ?

Hypothèse fragile mais très séduisante car suggérant une pratique de l’étêtage déjà courante il y a presque 300 ans, et suffisamment singulière pour figurer sur la mappe!

On m’a confié que ces symboles correspondraient aux vergers, toutefois je constate qu’ils sont présents sur de grandes surfaces (~124 hectares. Voir ici), parfois en versant nord, assez éloignés du village et à des altitudes plutôt élevés (jusqu’à 1700 m). Il n’y a cependant pas vraiment de correspondance entre les forêts de têtards actuelles et les parcelles couvertes de ces pictogrammes sur la mappe (voir ici).
Mystère…

Le 19 octobre 1924 Novel fut ravagé par un incendie. La quasi totalité du village fut réduite en cendres, une quarantaine de chalets en tout. Seule une poignée de bâtiments (église, presbytère…) échappèrent au flammes. Les têtards sont donc, avec ces quelques édifices, les derniers témoins de l’ancien Novel ; témoins vivants, qui plus est!…

La commune ayant pour projet de protéger et valoriser son patrimoine arboré remarquable cet article est amené à évoluer en fonction de l’actualité…

Un grand merci à René Adam pour son aide précieuse et son entrain communicatif.

Localisation: cliquez ici
Accès: route unique depuis Saint-Gingolph, sinueuse et étroite, mais bien entretenue. Parking au village où à La Planche. À 25 km d’Evian, 35 km de Thonon, 67 km de Genève…
Pour retrouver les trognes évoquées, rendez-vous sur la carte interactive. Cet article ne traite que des têtards, mais la commune possède bien d’autres arbres d’intérêt. N’hésitez pas à en inclure quelques-uns à votre sortie, comme le fantastique Orme en orgue, ou le Trident de Trepertuis. À ne pas manquer sur la route de Novel, le colossal Orme têtard de Jarcotin (mort depuis peu malheureusement, mais toujours visible)[6]

cliquez ici pour afficher les notes

le fabuleux Fayard du Plan du Salève

Si dans la plupart de nos forêts le Hêtre se rencontre sous la forme de beaux arbres élancés au tronc bien droit (donnant aux hêtraies l’aspect de cathédrales végétales), voire parfois sous l’aspect de cépées aux denses rejets, il arrive que des individus plus âgés, isolés, où poussant dans des conditions difficiles, prennent des formes bien différentes: port étalé, tronc court et irrégulier, branches sinueuses, etc. Quelques-uns atteignent des dimensions hors du commun, ce qui, je trouve, n’est pas si fréquent (que dis-je, carrément rare), alors que l’espèce représente tout de même 17% des forêts du département(1).

Le massif du Salève(2), dominant le bassin Genevois, est devenu pour moi, depuis que je le parcours, le Paradis du fayard(3). Il y est en effet bien plus facile qu’ailleurs de rencontrer des hêtres sortant de l’ordinaire. Qu’ils soient plus gros, plus vieux, plus beaux, plus étranges que les autres, on trouve ici de tout. Malgré cette relative abondance il est des individus qui vous marquent davantage.

C’est le cas d’un arbre découvert au Plan du Salève, entre les communes de Vovray-en-Bornes et Présilly.

Ce vieux ligneux m’a subjugué par son étrange beauté: formes tortueuses, aspect usé, marqué par le temps, mais néanmoins empreint d’une certaine noblesse.
L’apparence rocheuse de l’écorce du hêtre (grise, lisse, couverte de lichens et de mousses) est ici confondante et confère à cet arbre défeuillé l’aspect d’une énigmatique sculpture minérale…

Un hêtre vraiment fabuleux…

Si ce n’était son emplacement au sommet(4) d’un massif haut-savoyard on le croirait volontiers sorti d’une légende Celtique.

Le vénérable fayard bien que totalement creux (jusqu’au coeur de certaines branches) semble encore vigoureux: son houppier est dense, pas de trace de champignons lignivores, et les bourrelets cicatriciels entourant la cavité centrale (évoquant par endroits  de la cire fondue) sont fort épais, ce qui dénote une certaine vitalité.

Question mensurations, il affiche une circonférence de 4,98 m(5).
(je n’ai pas mesuré la hauteur, mais il n’est pas très élevé)

Je consulte régulièrement les anciens cadastres dans l’espoir d’en apprendre davantage sur l’histoire d’un lieu. Je ne m’attends toutefois pas à y trouver des arbres, ceux-ci étant très rarement représentés. Pourtant, à ma grande surprise, j’ai découvert que ce hêtre servait à marquer la limite entre les communes de Vovray-en-Bornes et Présilly, et ce sur un plan cadastral de 1871 !(6)


Pour y figurer cet arbre devait être déjà imposant il y a 144 ans ; il est donc fort probable qu’il soit âgé de plus de 200 ans.

Le hêtre serait une essence peu longévive(7). Comparé à ses congénères notre fabuleux fayard fait donc figure d’ancêtre…

Pour parfaire le tableau, à quelques mètres de là, se trouve un ensemble de Hêtres d’aspect très graphique.


Assis sur une accueillante racine de ces vénérables ligneux il vous sera possible d’admirer le vaste panorama qui s’offre à vous, couvrant les Alpes du Nord jusqu’au mont-Blanc…

Galerie

Localisation: cliquez ici
GPS: N46° 04.521′ E6° 07.342′
Accès: Facile. De Monnetier-Mornex, la Muraz, Archamps ou Cruseilles rejoindre la route qui parcourt le sommet du Salève dans sa longueur. Rejoindre le parking du Plan du Salève (au sud du massif). Prendre à pied, sur ~500 m, le chemin menant au chalet du plan. L’arbre se trouve en lisière à 200 m de Là. À noter que la route du sommet est fermée en hiver.
Si vous visitez cet arbre ne loupez surtout pas le superbe Saule Kraken près du parking. Non loin de là vous pourrez aussi contempler deux merveilles: le Tilleul des Convers et l’Érable de la Thuile

cliquez ici pour afficher les notes

Hêtre oratoire

Hier, promenade très agréable au bois du fayet à Saint-Paul en Chablais. « Fayet » (tout comme « fayard ») est un mot de vieux français dérivé du latin fagus désignant le hêtre. Je m’attendais donc à visiter une hêtraie avec peut-être quelques vieux sujets.
Cette forêt porte bien son nom, tant le hêtre y est présent ; toutefois sa nature davantage exploitée que sauvage ne nous a pas permis de trouver de gros et vieux arbres.
En lisière quelques souches prostrées aux moignons horizontaux semblent indiquer la présence d’anciennes haies plessées (haie taillée, aux branches tressées à l’horizontale de manière à former une sorte de clôture végétale. Voir ici), tandis qu’au coeur du bois le hêtre est davantage présent sous forme de taillis que sous forme de gros arbre de futaie (taillis = arbres taillés périodiquement et qui repartent de la souche)…

Sur le chemin du retour nous en avons profité pour faire un crochet par la « route des fayards » à Roseires d’amont afin d’admirer un bel arbre oratoire. La circonférence de ce hêtre n’est pas exceptionnelle, mais ce n’est pas ce qui importe ici, l’intérêt étant le lien que cet arbre entretient avec l’homme, via la présence de cet oratoire.

Olivier, très sérieux, devant le hêtre-oratoire de Roseires d’Amont.

localisation > voir ici

Hêtre d’Abondance

Circonférence: 5,19 m
Hauteur: ~ 16 m
Âge:  180-300 ans (estimation)

À l’entrée du village haut-Savoyard d’Abondance se trouve un vieux hêtre noble mais fatigué. Lors de ma première visite en 2007 je constatais un feuillage clairsemé et pas mal de branches mortes. Mais pas de quoi m’inquiéter outre mesure.
Je suis récemment retourné le photographier et six ans plus tard mon impression est tout autre: peu de feuilles, beaucoup de bois mort et une bonne partie de sa structure absente. Fin de vie pour ce vieux Savoyard. Je lui devais bien un petit article.

Sur un écriteau est indiqué « par arreté du ministre de l’instruction publique et des beaux arts. En date du 14 mai 1909 ce Hêtre (ou Fayard) est classé au répertoire des sites et monuments naturels ».

Mes recherches m’ont permis d’en savoir un peu plus:
« Un premier arrêté de classement (pris par le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts le 14 juin 1909) a classé les 6 hêtres bordant la route d’entrée dans le village d’Abondance. On n’en connaît pas les raisons précises ni le contexte, même si l’on peut supposer qu’il s’agissait de souligner l’allure remarquable de cet alignement d’arbres, et que les arbres ont sûrement été classés à la demande de la propriétaire.
Le 12 juillet 1916, le ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts prend un arrêté rectificatif pour déclasser l’un des six hêtres, pour mauvais été sanitaire. Cette pratique de déclassement n’a plus été appliquée par la suite. D’une manière générale, l’actuel ministère de l’écologie souhaite en effet conserver la mémoire de ce type d’arbres classés (il en est de même pour les Tilleuls de la Liberté par exemple), même s’ils disparaissent ou sont abattus pour raisons sanitaires, et recommande plutôt leur replantation à l’identique. Si officiellement cinq hêtres sont encore classés, il n’en reste en réalité plus qu’un aujourd’hui. » (je tiens à remercier le personnel de l’Abbaye d’Abondance pour ces informations).

Localisation: cliquez ici
Accès: facile. En bord de route (D22) juste avant de passer la rivière et d’entrer dans Abondance. Une table de pique-nique est même installée devant si vous désirez vous sustenter à l’ombre (enfin ce qu’il en reste) de ce vieux Hêtre…

Juillet 2015 > L’arbre continuait de décliner et a certainement perdu sa dernière feuille en 2014. Les crues du mois de mai 2015 ont mis un terme spectaculaire à son existence, la Dranse l’ayant emporté (en intégralité, jusqu’à la dernière radicelle) dans ses eaux déchainées, ne laissant à la place qu’un trou béant.
La végétation aura tôt fait de recouvrir les derniers stigmates de sa timide existence, et l’oubli, plus rapidement encore, de tomber sur les hommes…