le vieux Chêne de Séchenal

Si en France le chêne n’a pas le monopole des records il peut en revanche prétendre au titre du ligneux remarquable le plus fréquent ; il représente en effet 20,5% des arbres présents dans les inventaires[1]. Conséquence de cette surabondance : le durcissement des critères de remarquabilité. Il est ainsi bien difficile pour un chêne d’obtenir de la visibilité au niveau national tant les seuils d’éligibilité sont élevés[2].

Bien que la Haute-Savoie possède de fort beaux chênes, la plupart des Quercus[16] d’exception se concentrent dans un grand quart nord-ouest de la France[3]. Toutefois un spécimen haut-savoyard possède des dimensions suffisantes pour figurer au panthéon des Chênes hexagonaux. Il s’agit du Chêne de Séchenal [4], situé sur la commune d’Argonay mais emblématique de la commune de Saint-Martin-Bellevue[15].

Cet arbre possède un fût massif et court coiffé de nombreuses et énormes charpentières jaillissantes couvertes de mousses. Sa structure paraît plutôt raide et anguleuse, renforçant l’impression d’ancienneté. Il présente de nombreuses blessures et marques du temps, traces de tailles anciennes et stigmate de foudre couturant le tronc sur toute sa hauteur.
L’ensemble offre l’aspect fantastique d’un antédiluvien calmar ligneux couvert de balafres.

S’il ne correspond pas aux canons habituels de beauté on peut en tout cas dire qu’il a du caractère! Un arbre vraiment très impressionnant!

Pour en revenir à ses dimensions : ce Quercus hors-norme mesure 7,43 m[9] de circonférence au plus étroit! Il s’agit à ce jour du plus gros et plus vieux chêne connu de Haute-Savoie[5].
Sa hauteur, plutôt commune, est de 18 m[12].

Difficile de lui donner un âge précis, mais il est en tout cas évident qu’il s’agit d’un très vieil arbre, parmi les plus anciens du département. Au vu de son apparence et de son gabarit ce vénérable ligneux pourrait avoir entre 400 et 500 ans[6].

Chose étonnante (car plutôt rare) le chêne est indiqué sur le cadastre de 1866 (voir ici). Il était alors situé à proximité de la route d’Argonnex (autrefois appelée « la voie Romaine »[17]), entouré de champs/pâtures et probablement d’arbres fruitiers[13]. L’environnement a peu changé jusqu’aux environs de 1980[10].

Si je lui trouve une relative vitalité au regard d’un âge aussi élevé[7] il faut pourtant reconnaître que ce Quercus est plutôt en fin de parcours. Mais posons-nous cette question: que signifie être en fin de vie pour un ligneux âgé de plusieurs siècles? Que lui reste-t-il à vivre? 5 ans? 20 ans? 100 ans? Difficile d’être catégorique, d’autant plus que la résilience des ligneux est souvent surprenante.
Réflexion qui pourrait paraître accessoire mais qu’il est pourtant essentiel de mener car on confond bien trop souvent arbre sénescent et arbre mourant[20] ; confusion conduisant à des « gestions » parfois dramatiques des vieux arbres.

Son avenir dépend davantage des décisions humaines – passées, actuelles et futures – que de sa longévité intrinsèque. Sa situation, en surplomb de la route[8] dans un secteur résidentiel, confère à l’aspect sécuritaire une importance prépondérante ; problématique parfaitement légitime, mais qui doit être considérée à l’aune de l’importance patrimoniale de cet arbre exceptionnel.
La question de sa gestion n’est, il est vrai, pas simple. Bien qu’emblématique de Saint-Martin ce chêne est en fait situé sur la commune d’Argonay, en terrain privé. La commune de Saint-Martin a signé une convention en 2005 avec la propriétaire ; l’arbre est depuis entouré de toutes les attentions (haubanage notamment). Depuis trois ans la commune d’Argonay a décidé d’en reprendre la gestion. Si cette dernière est à l’origine de son classement en 2017 par l’association A.R.B.R.E.S, ce qui est tout à son honneur, c’est aussi elle qui tout récemment[18] a pris la décision de l’abattre, l’arbre devenant dangereux (c’est du moins la raison invoquée. Conclusion de deux expertises de l’ONF, en 2018 et 2019[21]).

Je ne peux légitimement me prononcer sur l’aspect purement sanitaire car ce n’est pas mon domaine. Je reconnais par ailleurs que la question sécuritaire est très importante. Cependant, l’intérêt majeur de cet arbre, joyaux du patrimoine arboré de Haute-Savoie, ne justifie-t-il pas que toutes les options soient étudiées? (ce qui vraisemblablement n’a pas été le cas: nulle mention d’un possible aménagement visant à sécuriser le site dans les deux rapports de l’ONF ; l’abattage y est annoncé comme la seule et unique solution[22]).
Cet antique Quercus ne mérite-t-il pas d’être accompagné dans sa progressive fin de vie?[11]   La route ne pourrait-elle pas être déviée en aval?[19]   Ne pourrait-on pas établir un périmètre pour protéger l’arbre et les riverains (voir à ce propos le cas exemplaire du chêne de Tougues à Chens-sur-Léman). Le haubanage ne serait-il pas à repenser?

Des questions qu’il est urgent de poser car l’abattage est programmé pour la mi-février 2021. Je vous invite donc à contacter la mairie d’Argonay. Posez des questions, signalez votre attachement pour cet arbre (de manière constructive et respectueuse bien évidemment):
mairie@mairie-argonay.fr
04 50 27 16 82

maj janvier 2021: une pétition a été créée, voir ici.

J’ai découvert bien peu de choses sur l’histoire de cet arbre[14] et les photos anciennes sont rares. Si vous disposez d’infos ou de vieux clichés, n’hésitez pas à me contacter.

L’arbre était autrefois appelé « chêne à Cavi » ; Cavi étant le surnom de la famille Ribiollet anciennement propriétaire de l’arbre.
Au milieu du siècle dernier le chêne était très populaire, souvent visité. L’été il n’était pas rare que les colonies de vacances des environs organisent des journées au pied de l’arbre.
Dans les années 50 les enfants de l’école de st-Martin-Bellevue faisaient tous les deux ans, en sortie scolaire, une sorte de pèlerinage au pied du vieux chêne, « il fallait 12 enfants pour en faire le tour, et 6 adultes »[23]. De nombreuses personnes de cette génération doivent avoir conservé des souvenirs de ces sorties…

Présenté sur le livre « arbres remarquables en Haute-Savoie » (fiche rédigée par C.Lebahy) ce chêne a aussi fait l’objet d’un article sur le blog des Têtards arboricoles ; article rédigé par Castor masqué (voir ici).

Pour les compléments d’infos, merci à: Castor masqué, famille Ribiollet, Eliane Regat-Mouttier, François Favre-Lorraine, Mr le Maire de Saint-Martin-Bellevue.

Galerie

Localisation: cliquez ici
GPS: 45.953453 , 6.144378
Accès: à ~10 km d’Annecy, ~35 km de Genève, ~150 km de Lyon . Possibilité de se garer à proximité. À ne pas louper dans le secteur: le gros Marronnier du Château du Barrioz à Argonay (à 2km du Chêne).

cliquez ici pour afficher les notes