Tilleul de Saint-Sixt

Parmi les arbres emblématiques de Haute-Savoie, nombreux sont des Tilleuls: Samoëns, Féternes, Douvaine, Trossy (rip). Exceptionnels par les dimensions, l’histoire où l’âge élevé, ces arbres n’ont pas le moins du monde usurpé leur réputation.
Dans l’ombre de ces célébrités départementales existent pourtant d’autres éminents Tilleuls qui gagnent à être connus.

Après avoir présenté celui de Sixt-fer-à-cheval dirigeons nous 35km plus à l’Ouest, au village de Saint-Sixt.

Cette commune du Faucigny abrite dans l’enceinte de son cimetière un fabuleux ligneux: Il s’agit d’un Tilleul à petites feuilles en tous points remarquable.

Outre la sérénité du lieu (les cimetières me procurent toujours cette impression d’être hors du temps ; particulièrement celui-ci), ce qui m’a frappé au premier abord c’est l’aspect général de cet arbre: silhouette harmonieuse et quasi symétrique sous un certain angle (sorte d’as de pique végétal), houppier[1] vigoureux, feuillage dense et sain, absence apparente de branches sèches, etc.
Si ce n’était la présence d’un tronc court et massif sous cette masse verte d’à peine 13 mètres de haut j’aurais cru découvrir un jeune Tilleul pas même centenaire.

Pourtant le caractère multiséculaire de cet arbre saute rapidement aux yeux!

Sa circonférence, bien qu’éloignée du record de l’espèce, n’en est pas moins imposante:
6,09 m à ~1m du sol.
Cet arbre, maintenu par des haubans, est fendu et creux. Une partie du tronc est manquante côté ouest si bien qu’en reconstituant l’ensemble son tour de taille devait avoisiner, avant amputation, les 7m.


Mais le plus intéressant ici c’est le coeur de l’arbre ainsi dévoilé, et dont l’aspect mérite vraiment le détour: par le passé la cavité centrale a du accumuler de la matière organique issue du bois en décomposition et éventuellement de feuilles mortes (à noter qu’un arbre creux n’est ni malade ni moribond, les tissus vivants du tronc se trouvant en périphérie). L’arbre a alors émis de nouvelles racines à l’intérieur même de ce fût[2] riche en humus!

Avec le temps ces racines ont atteint une taille imposante et la disparition d’une partie du tronc nous permet aujourd’hui d’admirer à notre aise ce fascinant enchevêtrement de racines internes, preuve de la vigueur de cet arbre qui n’a pas dit son dernier mot (au beau milieu de cette cavité ainsi dévoilée a été planté un jeune Tilleul, en prévision de la disparition de l’ancien qui ne semble toutefois pas disposé à laisser sa place).

Il est aussi possible d’admirer d’épais bourrelets cicatriciels[3] (A) qui se sont formés à la jonction du bois mort (B) et du bois vivant (différence de textures nettement visible). Par endroits ces bourrelets ont fortement épaissi pour devenir des axes prioritaires de circulation de la sève.

L’arbre a été élagué assez sévèrement il y a environ 30 ans et des quelques moignons résultant de cette taille ce Tilleul a émis de nouvelles branches (appelées « suppléants ») qui, en partant d’une base asymétrique, ont finit par former un ensemble harmonieux et assez symétrique, restaurant ainsi le houppier[1] d’origine.

Encore une preuve de la vigueur de ce vieil arbre et de son pouvoir de résilience[4]

Ce Tilleul aurait été planté, dit-on, par Perronnet de saint-Sixt en 1385 et serait donc âgé, selon cette hypothèse, de 629 ans!

Un fringant vieillard!


Localisation: cliquez ici
Accès: Facile. À deux kilomètres au sud-est de la Roche-sur-Foron (30km de Genève en voiture, ~36km depuis Annecy) le Tilleul se trouve dans l’enceinte du cimetière de Saint-Sixt visible de la route principale, juste en face de la mairie.

1 – Houppier =  partie aérienne au dessus du tronc
2 – fût = tronc (du sol aux premières grosses branches)
3 – Malgré la croyance populaire un arbre ne cicatrise pas (du moins pas comme un humain), mais se contente de recouvrir ses plaies de bourrelets cicatriciels.
4 – Une expertise sanitaire, réalisée en novembre 2010 confirme ces impressions.

note > l’arbre ne souffre pas de la présence de gales sur certaines feuilles. D’aucuns trouvent ces excroissances laides, je les trouve, pour ma part, assez plaisantes à admirer.

Tilleul de Sixt

Le Village de Sixt-Fer-à-Cheval, dans le haut-Giffre, est surtout connu pour son abbaye et ses paysages grandioses (cirque du fer-à-Cheval, cascades), mais la commune abrite un autre joyau méconnu[1] :
un Tilleul séculaire.

LithographieSitué en plein coeur du village cet arbre classé[2], un Tilleul à grandes feuilles[3], serait âgé de plus de 400 ans, voire 500. Possible mais difficilement vérifiable.
Une expertise dendrochronologique[4] réalisée cette année n’a pu conclure qu’à un âge minimum de 157 ans, faute de pouvoir compter tous les cernes de croissance[5].

Côté archives: un article de « l’indicateur de la Savoie » du 17 octobre 1896 parle du « Tilleul séculaire » ; Achille Raverat écrit, en 1872 : « …au devant, étend son ombrage un tilleul âgé, dit-on, de plus de quatre cents ans… » ; on peut lire en 1865 sous la plume d’Adolphe Joanne : « La place est ornée d’un tilleul aussi beau que celui de Samoëns » ; en 1821 F.J Martin écrit : « Sur le devant de l’abbaye est une place ombragée d’un beau tilleul » ; de vieilles lithographies du milieu du XIXè siècle (image ci-dessus) montrent un arbre déjà imposant[6]

… Nous pouvons en déduire un âge en tous les cas supérieur à 200 ans. Certainement bien davantage (estimation personnelle > entre 270 et 420 ans)…

Bien qu’encore imposant avec ses 5,55 mètres de circonférence cet arbre n’est plus que l’ombre de lui-même.

Ayant subi une forte intoxication au sel de déneigement[7] ce tilleul dépérit depuis 2005, année où les premiers symptômes du mal ont été décelés[8]. Dès l’hiver 2005/2006 un périmètre de non-salage a été établi autour de l’arbre, mais cela n’a pas empêché son déclin.

De grosses chutes de neige à l’hiver 2011/2012 entraînent la casse d’une branche de grosse section. La nouvelle expertise[7] réalisée dans la foulée se fait désormais alarmiste et conclue ainsi: « dans la mesure où cet arbre n’offre plus aucune vitalité ni aucune capacité à réitérer de nouveaux tissus vivants, aucune alternative à l’abattage n’est envisageable pour garantir sa tenue mécanique et la sécurité des lieux. ». Se basant alors sur cette conclusion la municipalité décide de lancer rapidement, début 2012, une procédure officielle afin d’abattre le vieux Tilleul.
La démarche n’est pas si simple car cet arbre étant classé la demande doit être validée par l’inspection des sites. De plus l’État et la mairie semblent s’opposer sur l’après abattage: le maire rejetterait l’idée d’une replantation, quant aux services officiels leur position serait la suivante: aucun abattage ne sera autorisé s’il n’est suivi soit d’une replantation, soit de l’installation d’un élément rappelant l’existence de cet arbre (informations à confirmer).
Il semblerait, pour des raisons de priorités budgétaires, que ce projet soit temporairement reporté (cela ne signifie toutefois pas l’absence d’abattage entre temps)…

Statu quo depuis 2012. Le Tilleul quant à lui, au fil des différentes tailles sanitaires, a perdu son houppier d’origine. Désormais le vieil arbre ressemble à une sorte de Totem tricéphale. Apparence qui ne manque pas d’une certaine beauté, mais ne rend pas hommage à sa splendeur d’antan.

Après cette chronologie objective des événements, quelques remarques personnelles qui n’engagent que moi:

Si je ne contredis pas l’expertise sanitaire (je ne dispose pas des connaissances pour le faire et n’en ai, de toute façon, pas l’intention), la lecture de la conclusion du dernier rapport, proclamant «l’absence d’alternative à l’abattage», me laisse dubitatif.

Pourquoi abattre cet arbre?
Deux arguments sont avancés >    1) il est « mort » (sic)    ,  2) il est « dangereux »

1) Certes l’arbre est mal en point et peut-être condamné à moyenne échéance. Toutefois, et j’ai pu le constater en ce mois de juin, l’arbre est toujours vivant et présente plusieurs bouquets de feuilles d’apparence saine. Je sais que cela n’est pas forcément signe de rémission, mais il serait intellectuellement malhonnête de prétendre que l’arbre est « mort » (comme j’ai pu l’entendre et le lire), et de se servir de cet argument pour précipiter son « démontage »[9] !

Pourquoi ne pas laisser à cet arbre une chance, si maigre soit-elle, de récupérer? Et s’il est réellement condamné, pourquoi ne pas l’accompagner ; lui permettre de terminer tranquillement (si je puis dire) son existence ?… N’est-ce pas le moindre des respect dû à un être vivant aussi âgé? (que dirait-on s’il était préconisé d’euthanasier les retraités dès les premiers signes de faiblesse?)
Qu’en est-il alors de l’argument sécuritaire?…

2) La fragilité des grosses charpentières semble avérée et il convient effectivement d’éviter un drame. Il est toutefois envisageable de rabattre progressivement la hauteur de l’arbre[10] sur plusieurs années (le bouquet de feuilles présent à 3m de haut pourrait peut-être, avec le temps, reformer un houppier?) tout en établissant un périmètre de sécurité non accessible aux piétons. Périmètre qui pourrait parfaitement s’intégrer au projet de rénovation du centre du village.

Les arguments sanitaires & sécuritaires ne permettent donc pas d’affirmer « l’absence d’alternative à l’abattage ». Il s’agit davantage de questions politiques et économiques (voire idéologiques)  que d’une nécessité impérieuse.

Ces quelques remarques se discutent et je conçois parfaitement qu’on puisse envisager de couper ce Tilleul. L’arbre est déclinant et dangereux certes, mais affirmer l’absence d’alternative à l’abattage est un peu fort! Reconnaitre le caractère subjectif de cette assertion est très important car cette conclusion implacable est au coeur du dossier…

N’hésitez pas à poser des questions, proposer des solutions, ou tout simplement à manifester votre intérêt pour cet arbre auprès de la mairie de Sixt:
secretariat(a)sixtferacheval.com  /  mairie(a)sixtferacheval.com
tel: 04 50 34 44 25

juillet 2015  > Je suis retourné voir le Tilleul en ce début juillet, et quel soulagement! Vu son état précaire et cette canicule interminable je m’attendais à ne retrouver qu’une carcasse desséchée.
Au contraire, à mon grand soulagement, l’arbre semble ne pas trop souffrir de cette sécheresse (peut-être certaines de ses racines atteignent-elles la rivière, distante d’une 20aine de mètres?). Notre tilleul a même gagné en végétation, plus particulièrement au niveau des bouquets de feuilles au sommet du fût, avant le départ des trois grosses charpentières (voir cette comparaison 2014-2015). Peut-être pourra-t-il à terme reconstituer un houppier à partir de ces rejets, comme ce fut le cas pour le Tilleul de Saint-Sixt (voir ici). À noter que notre arbre a aussi gagné, en une année, 1cm de circonférence. Tout cela est fort encourageant!

juin 2016  > Bonne nouvelle, le tilleul continue à gagner en végétation, lentement mais sûrement (voir ce comparatif). L’un des gros bouquets de rejets au sommet du fût a été coupé (voir cette image), dans quel intérêt? Esthétique? Pourtant il aurait certainement été plus sage de le préserver, si l’on veut, à terme, abaisser le centre de gravité de l’ensemble (voir l’exemple du Tilleul de Saint-Sixt). Si les grosses charpentières venaient à se briser, ou devaient être coupées par précaution il serait, de plus, vital que l’arbre affaibli dispose d’un maximum de rejets au sommet du fût…

Localisation: cliquez ici
Accès: Facile. L’arbre se situe en plein coeur du village. …

Notes:
1 – Le relatif anonymat entourant cet arbre est certainement dû à la proximité de son célèbre voisin, le gros Tilleul de Samoëns, situé à seulement 5km de là.
2 – arrêté du 22 janvier 1910 (voir ici)
3 – Tilia platyphyllos ( >fiche Wikipédia )
4 – étude Archéolabs – mai 2014
5 – l’absence de bois ancien (tronc creux) empêche de déterminer l’âge exact par comptage des cernes.
6 – Sur cette même place existait un  gros Frêne, disparu depuis plus de deux siècles, et qui aurait été planté par Ponce de Faucigny au XIIè siècle. Un nouveau frêne (disparu lui aussi, mais visible sur d’anciennes cartes postales) fut planté en remplacement. Concernant notre Tilleul, je n’ai pu trouver de documents antérieurs au XIXè siècle.
7 – expertise du 29/08/2005 – société Cambium (expertises suivantes en 2006, 2008 et 2012)
8 – ce qui n’est pas sans rappeler la triste (et évitable?) fin du colossal Tilleul de Trossy, disparu dans l’indifférence générale (voir ici)
9 – terme révélateur qui montre que l’arbre est perçu comme un objet, parfois beau, parfois dangereux, mais qu’il convient toutefois de « démonter » une fois usé.
10 – le Tilleul pourrait ne pas s’en remettre, mais autant tout essayer avant abattage. C’est le moindre des respect dû à cet ancêtre, mémoire vivante du village de Sixt… Suggestions/documentation/aides sont les bienvenues!

> parmi les vieux clichés nombreux sont ceux dont j’ai oublié la provenance. En cas de problème n’hésitez pas à me contacter.
Si vous disposez d’anciennes photographies cela m’intéresse.

du côté de Samoëns

Ce week-end je me suis rendu aux 5è journées botaniques de Samoëns.
Je comptais en profiter pour prendre quelques clichés du tilleul de Sixt (à quelques kilomètres de là) et surtout du « gros tilleul » de Samoëns(photo) (un arbre âgé, selon les sources, de 575 à 653 ans!). Mais la journée était mal choisie pour une séance photos: trop de gens, trop de voitures. Quant au tilleul de Sixt: impossible à approcher pour cause de travaux dans le bâtiment contigu…

J’ai cependant découvert deux arbres remarquables sur le trajet Thonon-Samoëns:
Un très beau chêne à st-Jeoire (4,58 m de circ) et un châtaignier massif du côté d’Armoy. Je n’ai pas pu mesurer ce dernier (terrain privé, barbelés) mais je pense qu’il doit faire entre 7,50 et 8 mètres de circonférence!

/wp-content/gallery/a-images-pour-les-articles-vignettes/arbresducotedesamoens-vignette-1.jpg/wp-content/gallery/a-images-pour-les-articles-vignettes/arbresducotedesamoens-vignette-2.jpg