le Thuya de Peillonnex

Si je vous dis « thuya » il est fort probable que la première image qui vous vienne en tête soit celle d’une haie taillée au carré(1).

Pourtant, le Thuya n’est pas un arbuste, mais bel et bien un arbre.
Et quel arbre!

Dans son aire d’origine, l’Amérique du Nord(2), le Thuya géant (Thuja plicata) est un grand conifère atteignant jusqu’à 60 mètres de haut(3), avec un tronc pouvant dépasser 5 mètres de diamètre(4)!
Il s’agit-là d’arbres multi-séculaires, voire millénaires(5). Les exemplaires Européens sont bien plus jeunes, car l’espèce n’a été introduite sur le vieux continent qu’en 1853(6). Les plus âgés n’ont chez nous qu’un siècle et demi d’existence, tout au plus.

C’est toutefois bien assez pour devenir de beaux et grands arbres de parcs, et sans égaler leurs cousins américains nos thuyas deviennent parfois tout à fait remarquables. D’autant plus que l’espèce, pour peu qu’on la laisse un peu tranquille (et qu’on arrête de vouloir en faire des haies), est très ornementale.

Peillonnex, situé à quelques kilomètres au nord de Bonneville, dans la vallée de l’Arve,  est une petite commune d’environ 1400 habitants. Le village abrite une église inscrite aux monuments historiques(7).
Cet édifice, datant du XIIème siècle (voire du Xème(15)), était accolé à un prieuré du XIème siècle (un des plus anciens établissements religieux de la région. Détruit en 1589 avant d’être restauré fin XVIIème(8)).

Devant l’église trône un arbre impressionnant.

Dans un tel contexte, en plein coeur de la Haute-Savoie, on s’attendrait à découvrir un tilleul (ou au moins une espèce autochtone), mais chose surprenante c’est bien à un Thuya géant que nous avons affaire.

De fastidieuses recherches ne m’ont malheureusement pas permis d’apprendre grand-chose à son sujet, mais le peu que j’en sais permet toutefois d’expliquer cette curiosité:

Initialement ce tout petit parc situé au pied de l’église n’était autre que le cimetière, déplacé en 1912(16).
L’arbre aurait été planté sur la tombe d’une personne décédée en décembre 1909 (en plein hiver, par conséquent une plantation probablement ultérieure, à partir de 1910) et serait alors âgé de plus de 106 ans.
Le Thuya était déjà bien visible sur le cliché de 1936. 1909 est donc une date plausible car une vingtaine d’années sont bien suffisantes pour qu’un thuya non taillé développe un houppier volumineux, mais cela n’est pas un indice si concluant: la plantation aurait tout aussi bien pu être antérieure à 1909 et concerner un autre défunt.

La présence de cet arbre en ce lieu est en tout cas postérieure à l’introduction de l’espèce en Europe en 1853(6).
Il est peu probable qu’un petit village haut-savoyard ait eu dès cette date le privilège de voir planté dans son cimetière une espèce exotique tout juste importée, mais en tous les cas cela nous donne une limite maximale indépassable.

Donc un âge probablement supérieur à 107 et inférieur à 163 ans…

Le thuya a tendance à marcotter, c’est-à-dire que ses branches pendantes, en touchant le sol, se ré-enracinent, devenant avec le temps des pieds indépendants formant parfois une sorte de petite forêt. Le plus connu des thuyas à marcottes est celui de Vitré(10). Moins impressionnant, mais tout aussi intéressant, celui d’Amphion qui a l’avantage d’être haut-savoyard (voir cette image)…
Le Thuya de Peillonnex présente lui une forme bien différente, due, probablement, à un entretien régulier visant à pouvoir circuler autour de l’arbre (au-dessous de 2 mètres aucune branche ne vient troubler nos déambulations méditatives), la base est alors bien visible.
Et quelle base impressionnante!

Outre l’aspect esthétique de ce bel arbre, isolé face au prieuré, ce sont bien les dimensions colossales de son tronc qui marquent l’esprit:

~7,70 m(11) de circonférence! Presque 2m50 de diamètre!

Ce tour de taille hors du commun en fait un des plus gros thuyas d’Europe, probablement le plus gros de France.(12)

Cependant, précisons une chose: il ne s’agit pas d’un tronc unique, en un bloc, mais d’un faisceau de troncs jaillissants d’une base énorme.

Son aspect évoque une sorte de cépée: l’arbre taillé dans sa jeunesse émettant de multiples tiges finissant par former un faisceau plus ou moins dense.  Toutefois, les axes relativement verticaux de ces troncs suggèrent une autre hypothèse:

Il pourrait s’agir de plusieurs arbres, initialement plantés autour d’une pierre tombale. En grossissant ceux-ci se seraient touchés, puis soudés, offrant aujourd’hui l’aspect d’un arbre unique. Hypothèse qui permettrait en outre d’expliquer un diamètre record en à peine plus d’un siècle.

Cela ne le rend pas moins intéressant, bien au contraire: que ce Thuya soit devenu le gardien d’une sépulture, protégeant son occupant de ses racines, alors même que le cimetière a été déplacé depuis bien longtemps, oublié de tous, est une chose assez belle je trouve.

La foudre lui est tombée dessus en août 2009(17). Lors de mon premier passage en 2014 je ne l’avais même pas remarqué (on distingue à peine le chemin qu’a emprunté l‘arc électrique le long du tronc, voir cette image) ; en revanche j’avais constaté ce qui semblait être une descente de cime(13). La foudre en serait-elle la cause?
À moins que l’arbre n’ai pas supporté l’aridité de certains étés passés ; l’espèce, native d’une zone à forte forte humidité supportant mal la sècheresse…

À noter que l’arbre a servi, durant de nombreux hivers, de dortoir à hiboux moyen-ducs. Ce qui, semble-t-il, n’est plus le cas aujourd’hui.(14)

Galerie

Localisation: cliquez ici
GPS: N46° 07.973′ E6° 22.727′
Accès: Très facile. Possibilité de se garer à 200m du prieuré (à côté d’un gros marronnier).
Pour info Peillonnex est situé à 24 km de Genève, 48 km d’Annecy et à 166 km de Lyon.

notes:
1) Difficile de visualiser autre chose me direz vous, il y en a partout (peut-être même dans votre propre jardin?). En effet le thuya reste encore, malheureusement, la star des haies. Je dis « malheureusement » car il s’agit d’une aberration! L’espèce pousse vite, supporte bien la taille, devient rapidement occultante, idéal pour s’isoler du  voisinage, mais il s’agit bel et bien d’un arbre. Imaginez planter une haie de chênes, avec un arbre tous les 50cm. Ridicule! Pourtant c’est bien ce que l’on continue à faire avec le Thuya.
2) Côte ouest des États-Unis et du Canada. Voir cette carte.
3) Actuellement le plus haut serait un Thuya Canadien (Cheewhat Lake) avec 59,15 m.
4) Record détenu semble-t-il par un Thuya Américain avec 19,3 m de circonférence (Olympic national park).
5) À ma connaissance le plus vieil arbre daté avec précision aurait 1460 ans (E.U, Olympic National Forest).
6) Introduit par William Lobb en 1853 en Grande-Bretagne.
7) Arrêté du 22 octobre 1971. Voir ici.
8) Plus d’infos, voir ici.
9) Source photos IGN – voir ce comparatif.
10) Vitré en Ille-et-Vilaine, voir ici.
11) Mesuré au plus étroit en juillet 2015. Précédente mesure en 2014: 7,68 m.
12) Le plus gros serait un Thuya Italien (Villa Palagio, Barberino di Mugellovoir ici) avec 8,43 m de circonférence. Ensuite on trouve un arbre Britannique mesurant 7,81 m de tour (voir ici). Notre Thuya arriverait en 3è position…
13) Suite à un stress (foudre, sécheresse, mise en lumière brutale, attaque parasitaire) un arbre peut alors choisir, pourrait-on dire, de sacrifier la cime qui se met alors à sécher. Cela n’affecte pas obligatoirement la survie à long terme… J’ai observé ça sur des chênes et d’autres feuillus, mais je ne sais pas si ce phénomène est possible chez les conifères.
14) Source: A. Guibentif
15) L’église daterait d’avant 988. Source: Monographie de l’abbé Adrien Gavard.‘’Peillonnex, Le prieuré, la paroisse, la commune’’ paru en 1901 (réédition de 2006) 
16) Source: membres du bureau rédacteur du petit colporteur
17) Foudre tombée le 7 août 2009. Voir article du Dauphiné Libéré du 10 août.

Merci à André Pellet, Georges Tardy et aux membres du bureau rédacteur du petit colporteur pour les informations transmises qui m’ont permis d’affiner l’historique des lieux.
Si vous disposez d’infos complémentaires où d’anciennes photographies n’hésitez pas…